Les flavonoïdes

Les flavonoïdes sont des métabolites polyphénoliques secondaires qui ont généralement un groupe cétonique et des pigments jaunâtres, d'où leur nom (du latin flavus, « jaune »). Les flavonoïdes peuvent être divisés en quatre groupes principaux : les flavonoïdes, les isoflavonoïdes, les néoflavonoïdes et les anthocyanes. Néanmoins, dans un souci de simplicité, nous les désignerons tous par le terme commun de flavonoïdes.

Flavonoides
Les plantes carnivores comme la
Dionaeamuscipula contiennent un type
de flavonoïde dans leurs fleurs et leurs
feuilles qui attirent les insectes qu'elles
vont manger.

La biosynthèse des flavonoïdes suit la voie métabolique du phénylpropane, dans laquelle le coumaroyl-SCoA est formé à partir de l'acide aminé connu sous le nom de phénylalanine, qui est mélangé avec le malonyl-CoA pour former un groupe de substances appelées chalcones. Ils constituent l'épine dorsale de la biosynthèse de chaque flavonoïde et anthocyanine.

Cette réaction est catalysée par l'enzyme chalcone synthase, qui appartient à la famille des polykétides synthases (PKS). Cette famille de PKS contient également l'olivétol synthase, responsable de la synthèse des cannabinoïdes.

Les flavonoïdes couvrent un large éventail de fonctions dans les plantes, bien qu'ils agissent principalement comme pigments jaunes dans les pétales et les feuilles pour attirer les insectes pollinisateurs. Ils peuvent également apparaître sous forme de pigments bleuâtres (anthocyanes) pour recevoir certaines longueurs d'onde de lumière, ce qui permet à la plante d'être consciente de la photopériode. Nombre de ces flavonoïdes protègent également la plante en participant au filtrage de la lumière ultraviolette. Au niveau cellulaire, les flavonoïdes agissent comme des régulateurs du cycle cellulaire. Certains d'entre eux sont synthétisés dans les racines de la plante et jouent un rôle crucial dans l'établissement de champignons symbiotiques ou de mycorhizes, tout en luttant contre les infections causées par les champignons pathogènes.

Les flavonoïdes ont des activités pharmacologiques pertinentes sur des modèles « in vitro », tels que : antioxydant, anti-inflammatoire, antiallergique, antibiotique, antidiarrhéique et anticancéreux. Il n'a pas été possible de prouver une activité antioxydante sur des modèles « in vivo », tout comme il n'a pas été possible de les relier à une quelconque efficacité contre le cancer. Certaines études semblent indiquer qu'un régime alimentaire riche en flavonoïdes peut diminuer le risque de cancer, mais il n'existe pas de statistiques significatives concernant cette allégation.

Nous pouvons trouver différents types de flavonoïdes dans la plante de cannabis, tels que la cannflavine A, la cannflavine B, la cannflavine C, la vitexine, l'isovitexine, l'apigénine, le kaempférol, la quercétine, la lutéoline et l'orientine. La distribution de ces derniers dans la plante, varie selon le type de flavonoïde, mais aucun n'a été trouvé dans le système racinaire de la plante de cannabis. La teneur totale en flavonoïdes dans les feuilles et les fleurs du cannabis peut atteindre 2,5 % de son poids sec, alors qu'elle est presque inexistante dans les graines et les racines. Certaines études suggèrent que la distribution et la concentration des flavonoïdes dans la plante de cannabis peuvent être utiles d'un point de vue chimique et taxonomique. Voici une brève description des propriétés thérapeutiques de ces flavonoïdes. La plupart de ces composés sont solubles dans l'eau, ce qui pourrait expliquer certains effets thérapeutiques des infusions et des décoctions dans l'eau de cannabis, car les cannabinoïdes sont partiellement solubles dans l'eau.

Flavonoids

Cannflavines A, B et C

Ils ont une activité anti-inflammatoire due au fait qu'ils inhibent la voie inflammatoire des prostaglandines. Ce mécanisme est partagé avec d'autres terpénoïdes qui sont présents dans la plante de cannabis, offrant une meilleure synergie et un effet anti-inflammatoire à celui provenant des cannabinoïdes.

Vitexine et isovitexine

Applicabilité thérapeutique pour la goutte, en inhibant la peroxydase thyroïdienne.

Kaempférol

Il semble avoir un effet antidépresseur. Une alimentation riche en kaempférol peut réduire le risque de cancer et de certaines maladies coronariennes. Bien que certains s'y opposent, d'autres théories affirment que le cannabis semble avoir certains effets antidépresseurs dans certains cas ; il se pourrait donc qu'il y ait un effet synergique provenant de la combinaison du kaempférol et des cannabinoïdes.

Apigénine

Il a été démontré qu'elle diminue les effets secondaires de la ciclosporine A, un immunosuppresseur administré lors des transplantations d'organes pour éviter le rejet de l'organe transplanté. Il a également été prouvé que l'apigénine est l'une des rares substances capables de stimuler le transporteur de monoamine, altérant les niveaux de neurotransmetteurs. Il est récemment apparu clairement que l'apigénine agit comme anxiolytique et sédatif sur les récepteurs GABA. Le fait que cet effet soit partagé par les cannabinoïdes nous amène à une possible synergie entre les effets anxiolitiques et sédatifs des cannabinoïdes.

Flavonoids

Quercétine

Elle inhibe les enzymes virales et peut avoir des effets antiviraux. Elle inhibe également la production de prostaglandines, agissant comme un anti-inflammatoire. La quercétine peut également avoir une synergie avec les cannabinoïdes en augmentant les effets anti-inflammatoires. Une étude récente suggère que la quercétine pourrait avoir une applicabilité thérapeutique dans le traitement de la fibromyalgie, en raison de ses effets anti-inflammatoires. Comme il a été démontré, le cannabis a des effets thérapeutiques dans la gestion de la fibromyalgie, ce qui pourrait prouver la synergie entre la quercétine et le cannabis. De même, la quercétine inhibe l'enzyme monoamine oxydase (MAO) qui est impliquée dans le métabolisme des neurotransmetteurs et des produits pharmaceutiques. Ce facteur doit être pris en compte, en ce qui concerne les interactions possibles avec des produits pharmaceutiques particuliers.

Lutéonine et orientin (glucoside de lutéonine)

Des études précliniques ont montré que la lutéonine et l'orientine ont toutes deux des effets pharmacologiques en tant qu'antioxydants, anti-inflammatoires, antibiotiques et anticancéreux. Ils peuvent également avoir une synergie avec les cannabinoïdes.

Dans cet article, nous avons vérifié qu'il existe d'autres types de substances actives dans la plante de cannabis et que les effets de cette plante pourraient clairement être influencés par la synergie possible entre les effets des cannabinoïdes, des terpènes et des flavonoïdes. Par conséquent, l'effet anti-inflammatoire de la plante de cannabis pourrait être le plus affecté par une probable synergie, due au fait que les trois groupes de composés convergent dans des mécanismes d'action similaires ou complémentaires.

  • L'utilisation de notre matériel à des fins commerciales n'est pas autorisée.
  • En cas de téléchargement et d'utilisation de nos contenus, ceux-ci seront exclusivement destinés à des fins éducatives et devront toujours être dûment accrédités.
  • La publication de nos contenus n'est pas autorisée sans autorisation expresse.
  • Fundación CANNA n'est pas responsable de l'opinion de ses contributeurs et rédacteurs.