Polyarthrite rhumatoïde

Par Mariano Garcia de Palau

Né à Barcelone le 17 février 1956, il est diplômé de Médecine et Chirurgie de l'université de Barcelone en 1979. Pendant 38 ans, il travaille comme médecin urgentiste dans le domaine de la médecine du travail. Son intérêt pour le cannabis est apparu par hasard et depuis une quinzaine d'années il se consacre à l'étude de son utilisation thérapeutique. A l'heure actuelle, il travaille à la Kalapa Clinic, où il conseille sur les traitements aux cannabinoïdes, réalise des études cliniques avec des patients et collabore avec différentes entités et associations (ex : la Catfac). Il est membre de l'Observatoire Espagnol du Cannabis Médicinal et membre régulier de l'I.A.C.M.

La polyarthrite rhumatoïde (PR) est une maladie inflammatoire chronique auto-immune. Elle se caractérise par l'atteinte simultanée de plusieurs articulations et par la présentation de divers symptômes généraux non spécifiques et de manifestations dans d'autres parties du corps. Sans traitement approprié dans ses phases avancées, la maladie peut entraîner des limitations physiques importantes et une nette détérioration de la qualité de vie.

La PR se manifeste généralement par une douleur, un gonflement et une raideur ou une difficulté à bouger différentes articulations, grandes et petites. Dans certains cas, les articulations touchées suivent un profil caractéristique. Les symptômes généraux, qui précèdent parfois les manifestations de la maladie dans les articulations et tendent à persister tout au long de son évolution, comprennent essentiellement une fatigue générale, un malaise, une légère fièvre, une perte d'appétit et une perte de poids. Les manifestations extra-articulaires, survenant normalement dès que la maladie est pleinement établie, touchent principalement la peau, les vaisseaux sanguins, le cœur, les poumons, les yeux et le sang.

La PR est beaucoup plus fréquente chez les femmes que chez les hommes et a tendance à se déclarer chez les patients âgés, bien qu'elle puisse commencer à n'importe quel stade de la vie et toucher tout le monde, indépendamment de la race, du sexe ou de la profession.

Le symptôme initial le plus fréquent est la raideur matinale (surtout dans les articulations des mains et des pieds), ressentie après le repos nocturne. Cela implique une difficulté majeure à bouger les articulations, accompagnée de douleurs. Les raideurs matinales peuvent s'accompagner de fatigue, de fièvre, de perte d'appétit et de faiblesse musculaire (qui apparaissent parfois des semaines ou des mois avant la douleur) ainsi que de signes d'inflammation des articulations : gonflement, chaleur et rougeur des articulations touchées.

L'évolution de la maladie est très variable : chez certaines personnes, la progression des lésions s'arrête spontanément, alors que chez d'autres, elle se poursuit tout au long de la vie. Dans le scénario le plus courant, le trouble se déroule sur plusieurs années ou tout au long de la vie du patient, alternant entre des périodes de calme relatif ou complet et d'autres périodes, dites « poussées », où les symptômes sont exacerbés. Les crises durent normalement quelques semaines, voire quelques mois.

Lors des épisodes de poussée, les articulations touchées enflent et deviennent chaudes, douloureuses et difficiles à bouger, surtout le matin au réveil. Sans traitement approprié, ces poussées ont tendance à devenir plus fréquentes et plus durables. Les articulations touchées perdent alors progressivement leur mobilité, avec l'apparition de déformations très caractéristiques qui distinguent la PR des autres formes d'arthrite. Sans traitement, la PR entraîne généralement une détérioration significative des capacités fonctionnelles et de la qualité de vie.

Le traitement de la PR consiste en une série de mesures générales liées au mode de vie, au repos et à l'exercice, combinées à une thérapie pharmacologique, dans laquelle un large éventail de médicaments peut être utilisé ; dans certains cas, une intervention chirurgicale peut être recommandée. Malheureusement, il n'existe toujours pas de traitement pour cette maladie. Cependant, prises conjointement, toutes les mesures thérapeutiques actuellement disponibles peuvent atténuer les symptômes et améliorer le pronostic, avec un impact très positif sur la qualité de vie du patient.

Les meilleurs résultats thérapeutiques sont obtenus avec un diagnostic précoce et lorsque le traitement est implanté dans les phases initiales de la maladie.

Les maladies auto-immunes forment un groupe important de maladies. Pour des raisons qui ne sont pas entièrement élucidées, le système immunitaire, chargé de défendre l'organisme, identifie à tort certains tissus comme étant étrangers et réagit comme s'ils représentaient une menace.

Cannabinoïdes et polyarthrite rhumatoïde

Les cannabinoïdes tels que le THC et le CBD peuvent être utiles pour traiter la polyarthrite rhumatoïde. La PR est une maladie auto-immune et nous savons que les cannabinoïdes agissent en modulant l'activité du système immunitaire. Lorsque le système immunitaire réagit de manière trop marquée et que son activité augmente, des maladies auto-immunes peuvent apparaître. Le système immunitaire identifie par erreur les structures et les tissus normaux de l'organisme comme étant étrangers et les rejette. C'est ce qui se produit après une transplantation et c'est pourquoi des médicaments immunosuppresseurs sont administrés pour empêcher que le tissu ou l'organe ne soit attaqué et détruit par le propre système immunitaire du patient.

Les cannabinoïdes modulent l'activité du système immunitaire. Nous savons que le système endocannabinoïde régule l'activité du système immunitaire et que les maladies auto-immunes ont un effet immunosuppresseur, réduisant l'activité du système et contribuant ainsi à l'amélioration de ces pathologies.

Bien que les cannabinoïdes soient immunosuppresseurs, rien ne prouve que les sujets déjà immunodéprimés (p. ex. les patients atteints du VIH) souffrent davantage d'infections opportunistes suite à la consommation de cannabis. De fait, le cannabis est couramment utilisé chez les patients séropositifs pour soulager les symptômes, augmenter l'appétit et améliorer la qualité de vie en général.

Les cannabinoïdes ont également un effet analgésique qui est principalement attribué au THC, mais qui peut être obtenu en utilisant différents ratios de THC/CBD. En gérant les proportions relatives, il est possible de minimiser l'effet psychoactif du THC sans réduire son effet analgésique.

Ainsi, l'activité du patient ne sera pas limitée par des effets psychoactifs (que beaucoup trouvent désagréables). Dans la PR, l'effet analgésique est très important, car le problème essentiel est l'inflammation qui provoque des douleurs plus ou moins intenses, modérées ou sévères dans certains cas.

Lorsque l'on traite des patients atteints de PR, il est également important de traiter l'inflammation avec le moins d'effets secondaires possibles. Nous savons que les corticoïdes peuvent être efficaces dans les phases aiguës de la maladie. Les anti-inflammatoires non stéroïdiens ou AINS (aspirine, ibuprofène, diclofénac, indométacine, etc.) peuvent également être utilisés. Cependant, presque tous ces médicaments sont nocifs pour le système gastrique et peuvent, à moyen terme, entraîner une surcharge métabolique dans le foie. De plus, ils inhibent l'action du THC lorsqu'ils sont administrés avec celui-ci.

Un traitement à vie avec des corticoïdes ou des AINS ne doit donc pas être envisagé, compte tenu de leurs effets secondaires.

À doses analgésiques, les cannabinoïdes n'ont jamais posé de problème métabolique dans le foie, où ils sont également métabolisés. Par ailleurs, aucun problème d'excrétion rénale ou de toxicité n'a jamais été détecté avec de tels traitements.

Les patients souffrant de douleurs chroniques peuvent également souffrir d'une altération du sommeil. Dans le cas de la PR, la douleur nocturne peut également empêcher un repos adéquat et la structuration des différentes phases du sommeil. Il en résulte que le sommeil n'est pas réparateur. Les cannabinoïdes peuvent être utiles pour améliorer la qualité du sommeil. En utilisant le THC et le CBD, il est possible d'induire le sommeil de manière assez efficace, en fixant la dose nocturne avec différentes proportions de THC/CBD.

Un repos adéquat est très important et pour de nombreux patients, c'est le premier problème à régler. Sans repos réparateur, on ne peut guère s'attendre à une amélioration des autres symptômes.

La perte d'appétit peut également être un problème pour de nombreux patients. De petites doses de THC administrées une demi-heure avant les repas augmentent l'appétit et garantissent que le patient ne souffre pas d'une perte de poids pathologique. Pour certains patients, le traitement au THC/CBD améliore l'appétit. Toutefois, dans certains cas, il peut être nécessaire de recourir au THC seul, administré avant les repas.

Comme les doses de THC concernées sont faibles (environ 5 mg), il n'y a pas d'effet psychoactif limitant, étant donné que le CBD est également pris, ce qui minimise tout effet de cette nature.

L'altération de l'humeur est un autre problème pour certaines personnes atteintes de PR, maladie auto-immune chronique, pour laquelle des traitements ne sont actuellement disponibles que pour les symptômes (douleur et inflammation), mais pas pour la cause sous-jacente. Dans ces cas, l'effet anxiolytique et antidépresseur du CBD peut être très utile.

L'un des grands avantages de l'utilisation des cannabinoïdes est que de nombreux symptômes différents peuvent être traités avec la même famille de molécules. Cela favorise une meilleure tolérance et facilite également la prise en charge par le médecin.

En raison de leur faible toxicité, les cannabinoïdes n'ont pas d'effets secondaires toxiques potentiellement graves. C'est une autre raison pour laquelle ils peuvent être très utiles pour les patients atteints de PR. Néanmoins, il convient de noter que les résultats des études menées dans ce domaine auprès de patients atteints de PR n'ont pas été aussi satisfaisants qu'on l'espérait, même s'ils ont été très positifs pour certains d'entre eux. Il est également important de se rappeler que le traitement peut nécessiter des outils thérapeutiques, ainsi que des produits pharmaceutiques.

  • L'utilisation de notre matériel à des fins commerciales n'est pas autorisée.
  • En cas de téléchargement et d'utilisation de nos contenus, ceux-ci seront exclusivement destinés à des fins éducatives et devront toujours être dûment accrédités.
  • La publication de nos contenus n'est pas autorisée sans autorisation expresse.
  • Fundación CANNA n'est pas responsable de l'opinion de ses contributeurs et rédacteurs.